Menu principal

Les soins de pieds et la loi 90
par Journal L'Attisée le 2017-03-01

Voici un bref résumé du Code des professions et les champs d’activités réservées selon la formation dans le domaine des soins de pieds. J’espère que cela vous permettra de faire un choix éclairé lors de votre prochain rendez-vous pour un soin des pieds.

Capacité légale de l’infirmière en soins podologiques

L’infirmière évalue la santé des pieds et des membres inférieurs par observation directe ou à l’aide de tests dans le but d’élaborer un plan thérapeutique infirmier et prodiguer des soins podologiques qu’elle peut déléguer à une infirmière auxiliaire. L’infirmière formée en podologie a reçu une formation lui permettant de traiter : les cors, les durillons, la mycose unguéale, le pied d’athlète, la fasciite plantaire, les ongles incarnés, les verrues plantaires, etc. Elle propose un plan de traitement adapté à votre condition médicale et votre dossier pharmacologique. L’infirmière membre de l’OIIQ doit obligatoirement suivre 20 heures de formation chaque année.

Capacité légale de l’infirmière auxiliaire en soins podologiques

L’infirmière auxiliaire peut prodiguer des soins podologiques selon une ordonnance médicale (médecin, certaines infirmières) ou un plan traitement infirmier pour des problèmes telles que l’hyperkératose (cor, callosité, durillon, crevasse), mycose unguéale, ongle incarné. L’ordonnance médicale ou le plan de traitement infirmier ne sont pas requis pour la coupe des ongles normaux.

Il en va cependant autrement pour enlever les callosités ou les verrues plantaires, qui sont assujetties à l’ordonnance médicale. Le scalpel ou le bistouri peut être utilisé seulement si l’infirmière auxiliaire a reçu une ordonnance professionnelle et la formation requise suivant l’obligation selon l’article 3.01.09.

Les intervenants non professionnels tels que les hygiénistes du pied, les esthéticiennes, les pédicures et les podologues (non reconnus au Québec)

Ils peuvent offrir des soins de pieds dans une perspective esthétique et non thérapeutique en vue d’améliorer l’état de la peau et des ongles. Par conséquent toutes les anomalies des ongles et de la peau observées lors des soins de pieds dispensés par un intervenant non professionnel doivent absolument faire l’objet d’une référence à un professionnel de la santé (médecin, infirmière formée en podologie).

L’intervenant non professionnel en beauté des pieds devrait expliquer sans ambiguïtés au public la nature et les services des soins offerts.

Les personnes faisant partie d’un groupe à risque de complications tels que : diabétiques, les immunodéprimés, atteints d’un problème vasculaire périphérique, une affection des ongles et/ou de la peau devraient être dirigées vers un professionnel de la santé pour recevoir des soins adaptés selon leur condition médicale.

Nathalie Soucy inf. en podologie



Mots-Clefs

soins de pieds  loi 90  pieds  soins  
Espace publicitaire