Menu principal

Préjugés face aux troubles de santé mentale
par Journal L'Attisée le 2017-03-01

Encore en 2017, les troubles de santé mentale sont méconnus et font l’objet d’une panoplie de préjugés. Non seulement les personnes vivant avec un trouble de santé mentale en sont victimes, mais également leurs proches. Dans les prochaines lignes, nous démystifions les préjugés les plus fréquents.

Les personnes vivant un trouble de santé mentale sont dangereuses et imprévisibles

FAUX. Bien que les croyances populaires et la couverture médiatique de certains crimes puissent le laisser supposer, les personnes vivant avec un trouble de santé mentale ne sont pas plus enclines à commettre des crimes violents que tout autre groupe de la population. Elles sont d’ailleurs plus susceptibles d’être victimes de violence que d’être violentes.

Les personnes vivant un trouble de santé mentale ne sont pas vraiment malades

FAUX : Les troubles de santé mentale sont de véritables problèmes de santé qui ne peuvent pas être réduits à des hauts et des bas de l’existence, ni à un manque de volonté personnelle. Ils sont une source de souffrance et d’invalidité chez les personnes atteintes.

C’est la faute des parents si une personne développe un trouble de santé mentale

FAUX. Aucun facteur à lui seul ne peut causer de trouble de santé mentale. Les troubles de santé mentale sont des conditions complexes qui découlent d’une combinaison génétique, biologique, environnementale et d’expériences de vie. Soulignons que les membres de la famille et les proches jouent un rôle important en matière de soutien et de rétablissement.

Les préjugés peuvent avoir des impacts dommageables chez les membres de l’entourage. En effet, entendre les jugements d’un collègue, d’un ami ou d’un membre de la famille peut alimenter le sentiment d’incompréhension des familles touchées par le trouble de santé mentale d’un proche et également causer leur isolement. Si c’est votre cas, n’hésitez pas à communiquer avec nous pour une aide professionnelle, confidentielle et gratuite. Nos coordonnées : 418 248-0068, emilie.rodrigue-ancre@globetrotter.net ou www.lancre.org.

Sources : ACSM et Le cercle polaire.

Émilie Rodrigue, Travailleuse sociale à L’Ancre



Espace publicitaire