Menu principal

À la mémoire de Calixa Lavallée
par Journal L'Attisée le 2017-07-01

Un livre paru en 1937 titré « Calixa Lavallée » dont l’auteur Eugène Lapierre a résumé la vie de celui-ci, lequel livre pourrait être réédité et augmenté légèrement en y ajoutant quelques événements connus; ce serait plus intéressant pour le lecteur.

En terminant l’histoire de Lavallée, on pourrait introduire ce qu’a écrit Hormidas Magnan dans une brochure à l’occasion du cinquantenaire de notre hymne national, le « Ô Canada », texte retransmis dans le journal du dimanche 17 janvier 1943. En voici un extrait : « Chaque pays a son chant qui résume les aspirations et les pensées les plus intimes, les plus nobles et les plus élevées de tout le peuple qui l’habite, c’est-à-dire l’amour du sol ou de la patrie, avec tout ce que cet amour comporte de plus cher au cœur de l’homme : l’attachement au sol natal, la langue, la foi religieuse et le noble désir de survivre comme une race distincte, c’est le chant national. »

Le chant national est le chant par excellence pour inspirer l’amour de la patrie. Ses accents doivent être puissamment rythmés pour agir sur la fibre populaire, tel est le noble et énergique « Ô Canada, terre de nos aïeux » des Canadiens français.

Calixa Lavallée a su rythmer par la beauté de sa musique les si belles paroles inspirées et écrites par Adolphe Basile Routhier.

Cet hymne parmi les plus beaux au monde restera à jamais imprégné dans nos cœurs et continuera de faire vibrer celui de tous les Canadiens.

Raynald St-Pierre



Mots-Clefs

calixa  Lavallée  mémoire  
Espace publicitaire