Menu principal

Campagne de financement
par Journal L'Attisée le 2016-02-01

Dans le cadre de la Campagne de financement pour les travaux à l’église, voici le huitième volet d’une série de courts articles relatant l’histoire de notre temple religieux.


L’intérieur de l’église : 1781-1797


L’église comprend aussi deux chapelles latérales, avec tabernacles aux transepts. L’inventaire effectué en 1793 l’indique clairement : « deux couvertures d’indienne pour les petits tabernacles ... deux petits devant d’autel pour les chapelles ». De plus aux archives des Ursulines de Québec, en juillet 1794, on note : « Reçu du Sieur Germain Tremblé, marguillier en charge de la paroisse Saint-Jean dit Port-Joli pour la façon de dorure de 2 tabernacles or blanc et bleu, et 17 chandeliers argentés, 817 # (livres). »

La lampe du sanctuaire date de l’époque de l’église, vers 1780. Cette œuvre d’art ne porte aucun poinçon. Cependant, les connaisseurs en art ancien l’attribuent à François Ranvoyzé. Gérard Morisset la décrit ainsi : « Elle appartient à une série de lampes que François Ranvoyzé a façonnées de 1778 à 1783 et qui comptent parmi ses chefs-d’oeuvre. Sur le gros torse, ce sont deux frises parallèles faites de fleurs et de motifs de style Régence; sur les moulures inférieures c’est une frise d’un relief plus accusé, où alternent des fleurs et des grappes de raisin; l’ensemble est solidement bâti et galbé avec beaucoup de vigueur. » ( Extrait de : St Jean-Port-Joli - Les paroissiens et l’église 1779-2004 d’Angéline St-Pierre )


Jacques Ouellet, marguillier



Espace publicitaire