Menu principal

Pâques arrive tôt cette année
par Journal L'Attisée le 2016-03-01

L’avez-vous remarqué ? Chaque année on entend soit Pâques est tôt cette année, soit Pâques est tard cette année. On ne dit pas Tiens , Pâques n’est ni tôt ni tard ! Comme si jamais Pâques n’avait le sens du juste milieu. D’ailleurs, comment cette date est-elle déterminée? Selon une règle remontant paraît-il au IVè siècle, la fête est fixée au premier dimanche suivant la première pleine lune du printemps. Pâques sera donc au plus tôt le 22 mars, au plus tard le 25 avril. Alors, si un jour il se situe le 7 ou le 8 avril je ne veux entendre personne dire qu’il est tôt ou tard, ce sera pile poil au milieu de la fourchette. Au moins, il a l’avantage d’être toujours un dimanche, contrairement à Noël. Celui-ci a la fâcheuse manie de se pointer n’importe quel jour de la semaine, s’amusant ainsi à nous mêler durant tout le temps des Fêtes : Quel jour on est donc? C’est quand le souper dans ta famille? Travailles-tu demain?


Je me rappelle avec une certaine nostalgie les célébrations de la Semaine sainte auxquelles j’assistais enfant. J’étais impressionnée par leur solennité et les éléments qui les caractérisaient, si différents des messes régulières. D’abord le Dimanche des Rameaux où l’on recevait chacun le sien (il m’est arrivé de participer à leur tressage), le Jeudi saint et son lavement des pieds, le Vendredi saint et l’adoration de la croix et enfin la Veillée pascale, moment crucial de l’année liturgique. Nous avons, certaines années, assisté à cette veillée dans une résidence de religieuses où un prêtre ami de nos parents était aumônier. Nous nous considérions privilégiés puisque nous étions à peu près les seuls laïcs à y être admis.


Il y avait bien sûr le chocolat, fort apprécié après le long Carême, qu’on dégustait peu à peu pour faire durer le plaisir. Et que dire des toilettes printanières que nous avions la joie d’étrenner? Nouvelle robe, petit chapeau de paille ou de toile légère, souliers neufs. J’imagine que cela se produisait surtout lorsque Pâques était tard et que le printemps avait eu le temps de s’installer : plus de neige sur les trottoirs, enfin on délaissait les bottes. C’est probablement un matin de Pâques tard que mon petit frère Jean (âgé de 3 ou 4 ans) a dit à notre mère coiffée de son nouveau chapeau (cylindrique, le dessus plat recouvert de roses en tissu) : Maman, pourquoi t’as un gâteau sur la tête?


Joyeuses Pâques à tous , tôt ou tard !



Rachel Grou



Mots-Clefs

pâques  
Espace publicitaire