Menu principal

Les œuvres de miséricorde
par Journal L'Attisée le 2016-03-31

J’ai un grand désir, écrit le pape François, que le peuple chrétien réfléchisse durant le Jubilé sur les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Ce sera une façon de réveiller notre conscience souvent endormie face au drame de la pauvreté, de pénétrer toujours davantage le cœur de l’Évangile où les pauvres sont les destinataires privilégiés de la miséricorde divine. La prédication de Jésus nous dresse le tableau de ces œuvres de miséricorde, pour que nous puissions comprendre si nous vivons, oui ou non, comme ses disciples. Redécouvrons les œuvres de miséricorde corporelles […]. Et n’oublions pas les œuvres de miséricorde spirituelles […].


Nous ne pouvons pas échapper aux paroles du Seigneur et c’est sur elles que nous serons jugés. Aurons-nous donné à manger à qui a faim et à boire à qui a soif? Aurons-nous accueilli l’étranger et vêtu celui qui était nu? Aurons-nous pris le temps de demeurer auprès de celui qui est malade ou prisonnier? (voir Mt 25, 31-45) De même, il nous sera demandé si nous avons aidé à sortir du doute qui engendre la peur et bien souvent la solitude; si nous avons été capables de vaincre l’ignorance dans laquelle vivent des millions de personnes, surtout des enfants privés de l’aide nécessaire pour être libérés de la pauvreté; si nous nous sommes faits proches de celui qui est seul et affligé; si nous avons pardonné à celui qui nous offense; si nous avons rejeté toute forme de rancœur et de haine qui porte à la violence; si nous avons été patients à l’image de Dieu qui est si patient envers nous; si enfin, nous avons confié au Seigneur, dans la prière, nos frères et sœurs. C’est dans chacun de ces « plus petits » que le Christ est présent. Sa chair devient de nouveau visible en tant que corps torturé, blessé, flagellé, affamé, égaré … pour être reconnu par nous, touché et assisté avec soin. N’oublions pas les paroles de saint Jean de la Croix : « Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour. » (Le visage de la miséricorde, no 15)


Suite à cet appel de notre pape François, je me permets de vous présenter quelques pistes d’action en lien avec chacune des œuvres de miséricorde. Je vous invite à les compléter à la lumière de votre expérience.


Œuvres de miséricorde corporelles


Donner à manger aux affamés :

soutenir les organismes de chez-nous qui aident des personnes pauvres (Société Saint-Vincent-de-Paul, Moisson Kamouraska)

faire un don à l’organisme international de l’Église catholique connu sous le nom de Développement et Paix

prendre des initiatives plus personnelles lorsque c’est possible


Donner à boire à ceux qui ont soif :

voir à la protection de l’eau potable et ne pas gaspiller l’eau inutilement

nous soucier du droit à l’eau potable pour tous les habitants de la planète


Vêtir ceux qui sont nus :

donner les vêtements que nous ne portons plus et qui sont encore propres à des organismes d’entraide (Saint-Vincent-de-Paul, Friperie, etc.) au lieu de les jeter

voir à mettre en place une telle œuvre s’il n’y en a pas dans notre milieu


Accueillir les étrangers :

accueillir des étrangers tout près de nous, comme de nouveaux voisins, de nouveaux compagnons de travail ou des nouveaux venus dans notre paroisse

coopérer aux diverses collectes en vue de l’aide aux migrants dans le monde entier


Assister les malades :

visiter des malades hospitalisés ou à la maison, surtout lorsque ces personnes n’ont pas de famille; au moins faire un appel téléphonique ou envoyer un courriel

s’engager dans un organisme qui se préoccupe en particulier de l’assistance aux malades en fin de vie


Visiter les prisonniers :

rester ouvert à cette possibilité, même si nous n’en connaissons peut-être pas personnellement et s’il n’est pas toujours facile d’avoir accès aux prisons

prendre surtout conscience qu’il y a de nombreuses formes d’emprisonnement : des personnes prisonnières de la peur, des préjugés ou du rejet des autres, et dont nous pouvons chercher à nous faire proches


Ensevelir les morts :

soutenir les familles ou les personnes qui traversent un deuil pénible

faire une visite au salon funéraire ou participer aux funérailles


Œuvres de miséricorde spirituelles


Conseiller ceux qui sont dans le doute :

prendre le temps de les écouter

leur partager humblement notre foi et la lumière que nous en recevons


Enseigner les ignorants :

soutenir les campagnes d’alphabétisation ici ou à l’étranger

aider un jeune qui éprouve des difficultés d’apprentissage

nous rappeler l’affirmation de saint Jérôme déclarant que « Ignorer les Écritures, c’est ignorer le Christ. », et reconnaître que nous sommes tous, à des degrés divers, des ignorants spirituels; chercher comment nous pouvons nous aider les uns les autres à mieux connaître les Écritures et ainsi à mieux connaître le Christ


Avertir les pécheurs :

reconnaître que nous sommes tous pécheurs et que la meilleure façon de nous avertir les uns les autres, c’est principalement de travailler, chacun et chacune, à notre conversion personnelle

dénoncer les situations d’injustice, d’exploitation ou de mensonge


Consoler les affligés

les écouter sans les juger, surtout lorsque ces personnes souffrent d’un sentiment d’abandon ou d’exclusion

être proche d’eux et leur tendre la main

Pardonner les offenses :

pardonner comme d’autres nous ont déjà pardonné et comme Dieu nous a pardonné afin de devenir en vérité

« Miséricordieux comme le Père  »

ne pas cultiver la rancune ni le désir de vengeance, même quand nous ne parvenons pas à oublier ce qui nous a blessés profondément


Supporter patiemment les personnes ennuyeuses :

consentir à leur donner du temps, même si elles se répètent souvent ou souffrent de déprime

ne pas fuir les personnes envers qui nous ressentons moins d’affinité ou qui nous tombent sur les nerfs


Prier Dieu pour les vivants et pour les morts :

découvrir qu’il est possible de prier en lisant le journal ou en écoutant les nouvelles : prières de supplication devant les situations de détresse, prières de louange devant les beaux exemples d’humanité

découvrir aussi qu’il est possible de prier dans le secret de notre cœur lorsque nous rencontrons des personnes sur la rue, ou lorsque nous nous trouvons au sein d’une foule ou dans une salle d’attente, dans un autobus ou dans le métro

faire nôtre la grande prière eucharistique qui nous invite à prier pour tous les vivants et pour tous les morts, sans exclure personne


À vous maintenant de compléter ces diverses propositions, afin de mieux répondre au désir exprimé par notre pape François en cette année du Jubilé de la Miséricorde. Redécouvrir « les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles », c’est une façon bien concrète de vivre l’Évangile au jour le jour!


Votre frère évêque,

† Yvon Joseph Moreau


N.B. :Ce feuillet peut alimenter votre réflexion personnelle sur les œuvres de miséricorde. Il peut aussi vous aider en vue d’un échange avec d’autres membres de votre communauté chrétienne ou de votre Unité pastorale. C’est toujours stimulant et enrichissant d’entendre le point de vue des autres.


Daniel Ouellet, prêtre



Mots-Clefs

oeuvres  miséricorde  
Espace publicitaire