Menu principal

Dictons, dit-on!
par Journal L'Attisée le 2019-03-29

Las d’un hiver qui n’en finit plus d’hivériser et qui tarde à se découvrir de ses fils, nous voyons poindre avril tel un porteur de bonnes nouvelles. Devant un pareil état, avec ses hauts et ses bas, chaque jour de ce mois se voit créditer d’au moins un dicton.


Ayant sollicité Internet, il m’a confié que les dictons, originant de l’Antiquité égyptienne, sont sentences à but pratique, souvent régionales. Ils concernent les choses de la nature et visent à informer et aider la population à se souvenir des moments importants de l’année. Si certains annoncent délices, d’autres de malices sont-ils complices. Sources de prédilection de leur naissance, saints et saintes, nature, traditions et animaux en sont les principaux géniteurs. Je me risque à en proposer quelques-uns qui caractérisent avril.


Comme il convient à tout seigneur, tout honneur échoit à la température. Ainsi, il est dit que Quand avril commence trop doux, il finit le pire de tous, ou encore Quand mars se déguise en été, Avril prend ses habits fourrés. En contrepartie de ce pessimisme, on dira que Quand avril est froid et pluvieux, les moissons n’en vont que mieux ou bien Mars gris, avril pluvieux, font l’an fertile et plantureux de même que Quand avril se met en fureur, il est père des laboureurs.


Saints et saintes revendiquent également un apport quotidien de dictons, Saint Hugues initiant le mois avec Pluie de Saint Hugues remplit granges et fournils. Cinq jours plus tard annoncera Saint Marcellin, bon pour l’eau, bon pour le vin. À mi-chemin du mois, Bourgeon de Saint Valérien, le fruit n’est pas loin, y découvre-t-on alors que le 19 on avance À la Saint Joseph, va et vient l’hirondelle. Les 23 et 25 Saint Georges et Saint Marc sont réputés saints grêleurs. On clôt le mois disant que La pluie le jour de la Saint Robert, de bon vin remplira ton verre.

La gent animale fait également la part belle aux dictons du quatrième mois de l’année. Sans pour autant être l’objet de dicton, le poisson ouvre la marche en son premier jour, nageant çà et là au gré des fantaisies. Lui offrant la réplique, agneau et taureau ne sont pas en reste puisqu’il est mentionné qu’avril entrant comme le premier s’en retournera comme le second. D’une part, Au mois d’avril, les bêtes changent d’habit et d’autre part, Il n’est jamais avril si le coucou ne l’a dit. Cependant, ce dernier chante s’il est vivant et Si le 7, il n’est pas venu, c’est qu’il est mort ou perdu. Le merle faisant son nid très tôt dans l’année initiera la maxime Pâques tôt, Pâques tard, un bon merle a des petits à Pâques. Selon les régions, à la fin du mois il y a assez de nourriture pour tous, ce qui suggère que Au mois d’avril la chèvre rit, que L’avoine d’avril, c’est pour les brebis ainsi que À Saint Aimé, point de moutons affamés.


Je n’ai pas observé de statistiques quant à la validité de ces dictons et vous laisse le soin d’en tirer vos propres conclusions mais je présume que la nature apporte ce qu’elle doit apporter et ne désire rien de moins que nous osions la protéger.

Serge Picard



Mots-Clefs

Picard  Serge  dictions  hiver  printemps  
Espace publicitaire