Menu principal

La stigmatisation et les préjugés en santé mentale en 2019
par Journal L'Attisée le 2019-10-10


La stigmatisation et les préjugés se retrouvent dans tous les milieux (le marché du travail, le milieu scolaire, la famille, les relations sociales, etc.). Elle est présente plus que jamais dans notre société. D’où l’importance d’en parler pour faire tomber les tabous.


D’abord, il est important de se rappeler ce qu’est la stigmatisation. En fait, il s’agit d’attribuer une marque distinctive à un individu. Cette marque a une connotation sociale reliée à la honte et confère à l’individu une identité sociale semblable. On peut donc faire un lien entre ce terme et les mots préjugés et discrimination. Ils ont tous les trois des conséquences négatives chez l’individu ayant un problème en santé mentale. Entre autres, les individus peuvent ressentir du rejet, de l’isolement, du repli sur soi, une baisse de confiance et d’estime de soi et de la dévalorisation. En réalité, la maladie mentale suscite encore aujourd’hui de la crainte et de la honte chez la population en générale. Ces comportements réflètent de fausses croyances, de l’incompréhension et de l’ignorance à l’égard des maladies mentales.

En second lieu, il est primordial de faire évoluer les perceptions. Il existe des moyens afin de rejoindre le plus de personnes possibles. Effectivement, faire circuler de l’information de qualité, sensibiliser la population sur les réalités reliées à la maladie mentale et utiliser les médias sociaux pour faire passer le message ne sont que quelques exemples qui peuvent faire une différence. De plus, aller rencontrer des élus, des décideurs sont des moyens puissants qui ont le pouvoir d’influencer. Il est donc important d’adopter des approches multisectorielles (ex : le monde scolaire, le système pénal ou juridique, l’emploi, les services de logement, l’aide sociale) car plus il y aura de personnes et de services qui graviteront autour du phénomène de la stigmatisation et seront impliquées à la cause plus les chances que le phénomène diminue soient grandes.

Somme toute, les personnes ayant une problématique ont besoin d’être accueillies dans le respect et avoir une place dans la société comme tout être humain. Elles ont besoin d’encouragement et que des gens croient en eux. Notre société est-elle trop primitive pour accepter des gens qui ont (peut-être) une différence mais qui ont beaucoup de talents et de potentiel?


Sources :

https://www.sciencedirect.com/book/9782294712043/la-stigmatisation-en-psychiatrie-et-en-sante-mentale


https://www.quebec.ca/sante/conseils-et-prevention/sante-mentale/combattre-les-prejuges-sur-la-maladie-mentale/


Isabelle Fournier, Les Nouveaux Sentiers de la MRC de l’Islet



Espace publicitaire