Menu principal

La vie secrète des arbres
par Journal L'Attisée le 2019-11-17


La vie secrète des arbres est un livre écrit par Peter Wohlleben. Un garde forestier de Cologne en Allemagne. Il veille sur une forêt publique de 1200 hectares qu’il a appris à écouter et à observer. Cet homme vous fera découvrir que le monde végétal, et en particulier celui des arbres, est bien plus complexe que ce que nous pensons. La forêt est une communauté qui a ses règles et qui fonctionne en harmonie depuis la nuit des temps.

« Dans les forêts naturelles, les arbres communiquent entre eux pour se venir en aide. Comme dans une société humaine, les arbres sont plus forts à plusieurs, et une association d’arbres ou même de végétaux de différentes espèces permet de créer un écosystème plus clément. Même les arbres les plus malades sont aidés le plus longtemps possible, car ils sont utiles à la communauté.
La communication est communément considérée comme une caractéristique réservée au règne animal et humain. Pourtant, les arbres, même s’ils n’émettent aucun son, communiquent, notamment en émettant des odeurs. »

Dans les années 1970, des chercheurs ont relevé que les acacias augmentaient la teneur en substances toxiques de leurs feuilles lorsque les girafes venaient les brouter, et avertissaient leurs congénères du danger par un gaz : l’éthylène.

De la même manière, un arbre attaqué par une chenille va développer un anticorps pour repousser le nuisible : les chênes envoient des tanins amers dans leurs feuilles et leurs écorces, et les saules fabriquent de la salicyline. D’autres arbres, comme les ormes ou les pins, après avoir identifié les insectes par leur salive, attirent leurs prédateurs, notamment des guêpes.

Malheureusement, les arbres ne sont pas des rapides et ce phénomène défensif est très lent, il faut environ une heure pour qu’il soit déclenché. C’est pourquoi un réseau d’alerte à destination des autres arbres est nécessaire. Ce réseau de communication utilise l’air, les racines et même les champignons qui possèdent de très longs filaments en sous-sol. Les racines des champignons en contact avec celles des arbres et des autres végétaux permettent une communication entre les différents organismes.
Selon l’auteur les arbres, comme les êtres humains, ont une véritable vie sociale, basée sur l’apprentissage, l’entraide et les souvenirs. Ils communiquent entre eux, respectent ceux qui étaient là avant eux et se préviennent d’éventuels dangers.



Espace publicitaire