Menu principal

Les voisins
par Journal L'Attisée le 2020-08-07

Le grand classique du théâtre québécois « Les Voisins », de Louis Saïa et Claude Meunier, est une œuvre marquante qui traite des interactions sociales, de la communication interpersonnelle, rappelant de manière humoristique notre interdépendance. Quarante ans plus tard, c’est une crise sanitaire qui nous rappelle le besoin du vivre ensemble, l’importance de notre communauté et que nos gestes et décisions ont une portée globale. « Penser global, agir local » n’est plus l’adage réservé aux altermondialistes bien-pensants : c’est une évidence écologique, économique, sanitaire, sociale et humanitaire.


Il n’y a pas si longtemps, c’est sur le perron de l’église que l’on s’informait des nouvelles de la communauté. Aujourd’hui, ce sont nos associations et activités communautaires, comme ce journal L’Attisée, qui nous rapprochent. Nos communautés évoluent rapidement : de nouveaux visages apparaissent et, d’autres reviennent. Des entreprises et de nouveaux quartiers émergent. C’est tout notre contexte qui se retrouve bousculé à la vitesse de la fibre optique maintenant dans nos foyers. On surconsomme l’information.


Les moyens de communications sont multiples et accessibles mais n’encouragent pas nécessairement à aller vers l’autre. Même avec 50 amis Facebook, certains sont retirés! Heureusement, l’entraide, la coopération et la compréhension sont toujours très présents autour de nous. Nous sommes grégaires et prenons soin les uns des autres. Du simple échange de plantes vivaces et de produits du jardin au partage de nos idées comme de nos meilleures recettes, des discussions entre voisins, entre amis en tête-à-tête, en petits groupes, les promenades en été comme en hiver, l’offre de tours vélos, de bateaux… tout cela ne sera jamais remplacé par l’informatique. Mais celle-ci n’est qu’un outil comme autrefois on lisait rigoureusement le feuillet paroissial. Il existe maintenant une petite application toute simple, Nextdoor (« La porte d’à côté ») qui, pour certains s’avère très utile. On sait que de nombreuses communautés l’ont adopté au Québec.


Nextdoor, c’est le nom d’une nouvelle application mobile et Web qui réunit en réseau social les gens et la vie de votre quartier.


Quelques faits sur l’application « La porte d’à côté »

Nextdoor a été lancé chez nous en septembre 2019 et a rapidement été adopté par des voisins partout au Québec. Son objectif est fort simple, il consiste à réunir en réseau privé les gens habitant un même quartier. Construit sur les principes de proximité et de confiance, Nextdoor a été créé pour appuyer les voisins dans leurs échanges. Que ce soit pour signaler la perte d’un animal domestique, pour obtenir des références fiables, pour trouver des gardiennes d’enfants, pour un service de déneigement, pour des rencontres entre voisins, Nextdoor leur fournira tout cela.


Les voisins peuvent télécharger l’application gratuite sur les appareils iOS et Android, ou visiter nextdoor.ca pour s’inscrire. Les résidents saisissent leur code postal et la première ligne de leur adresse afin de se connecter à leur quartier. Contrairement aux autres plateformes, tout chez Nextdoor est construit sur la puissance de la proximité et connecte les gens en fonction de leur voisinage immédiat. Le processus de vérification, est composé de vraies personnes à de vraies adresses. Cela crée la confiance et la responsabilité qui sont au cœur de la construction de communautés et essentielles dans les moments critiques où les gens ont besoin d’un quartier sur lequel ils peuvent compter.


En avril, au plus fort de la pandémie de COVID-19, plusieurs se sont tournés vers Nextdoor pour s’entraider tous les jours, comme vérifier régulièrement avec les voisins âgés et ceux qui ont des problèmes de santé sous-jacents, appuyer les entreprises locales en commandant des plats à emporter, en achetant des chèques-cadeaux, en recommandant leurs produits, etc. Cette application appuie le travail des organisations locales et a permis à bien des quartiers et villages de souligner à leur façon la Fête nationale du Québec le 24 juin dernier.


G. Daniel Caron, Saint-Aubert



Espace publicitaire