Menu principal

Je Sème à Tous Mots - 4. Interrogations baseballiennes
par Journal L'Attisée le 2020-08-11

4. Interrogations baseballiennes

En temps normal, la saison de baseball devrait battre son plein, ses professionnels gagner péniblement leurs pauvres millions, les non professionnels s’y adonner allègrement dans le seul but d’en acquérir le trophée des vainqueurs, ses spectateurs, imbus de leurs connaissances souvent élémentaires du sujet, de leurs sièges dans les estrades, gérer le déroulement des matchs.


Ce qui pour la plupart des gens constitue une évidence pourra devenir une insécurité pour les personnes non-voyantes. Leurs limitations, qu’on ne saurait imaginer précisément, laissent parfois indifférents ces gens qui, comme il est communément admis, ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ou dont une poutre dans leur œil empêcherait une vision adéquate. En sympathisant avec eux, je me permets la présente réflexion sur les questionnements que ces gens handicapés visuellement pourraient avoir.


Comment les personnes non-voyantes recevraient-elles les descriptions des commentateurs, des expressions et des mots attribués à un sport dont elles n’auraient aucune expérience? Quelles images leur enverrait le lexique utilisé pour présenter les personnes impliquées dans le jeu, le terrain où ils évoluent, les types de lancers, l’action qui s’y déroule et les résultats obtenus? Et si on se plaçait dans leur situation?


On peut supposer qu’en général le rôle des personnes impliqués dans ledit sport ne leur pose pas trop de problèmes. Il sera facile d’imaginer :

- que le lanceur lance une balle vers un frappeur qui tente de la frapper ;

- qu’un receveur la reçoit et doit la retourner, soit dit en passant, au lanceur ; – que les joueurs couvrant les trois buts protègent cet espace.

Les voltigeurs dans les champs causeront davantage d’ennui à un malvoyant : pourquoi jouer dans des champs? que font-ils dans le champ? ces champ sont-ils vastes?

Et, qu’en est-il du joueur d’arrêt-court? qui est-il? que fait-il exactement? où joue-t-il? s’arrête-t-il ou court-il?


Qu’arrive-t-il au lanceur partant quand le commentateur mentionne qu’après avoir lancé six manches, il est envoyé aux douches? Laissera-t-il alors supposer à l’auditeur qu’il s’en lave les mains et va relaxer sous la douche? Sinon, où va-t-il? Qui doit le remplacer? La partie se termine-t-elle ainsi? Non, car l’annonce de la venue d’un releveur au monticule relancera les questionnements, le tout se déroulant sous le regard d’un arbitre qui, mieux que l’officiel, sans nul doute en assurerait une compréhension adéquate.


Il est facile de saisir que le jeu se déroule sur une grande surface mais il y aura matière à réflexions quand on parlera de ses aires. Le marbre, le monticule, le losange, la boite des frappeurs, les buts, le champ extérieur ou le champ intérieur, la piste d’avertissement solliciteront à juste titre les méninges. Pourquoi avoir du marbre sur le terrain? Que faire d’un losange? Que place-t-on dans la boite des frappeurs? Pourquoi trois buts, un seul ne servirait-il pas? Pourquoi des champs extérieurs et intérieurs? Que se passe-t-il au-delà de la piste d’avertissement?


Une fois présentés les participants et le terrain où ils évoluent, les intéressés auront à ingérer une panoplie d’informations relatives au jeu lui-même dont la digestion ne saurait être assurée par nulle autre médication qu’une présence répétée au spectacle. À elle seule la liste des différents lancers se prête à diverses interprétations : une balle cassante casse quoi? Comment s’envole la balle papillon? Où et quand tombe la balle tombante? Sur quoi glisse la balle glissante? À quoi ressemble une balle tire-bouchon, une balle courbe ou une balle fronde? À quelle vitesse va une balle rapide et pourquoi un changement de vitesse? Quels effets produisent un mauvais lancer et une balle passée?


Chacun de ces divers lancers provoquera une action : l’arbitre évaluera une balle ou une prise qui susciteront de nouvelles ambiguïtés. Quand trois balles et deux prises identifieront un compte complet, on se demandera ce qui est complet?; une troisième prise provoquera un retrait, mais un retrait de quoi? Quelle image se faire alors d’une quatrième balle assurant un but sur balles? Et que penser d’une fausse balle? Doit-on comprendre qu’il y en a des vraies ou des fausses?


Un joueur s’élance et frappe la balle : quelle image suscitera un coup sûr? Qu’il y en a des moins sûrs que d’autres? Comment arrive-t-il à frapper un double, un triple, un circuit, une chandelle ou une flèche? Sans doute que certains sont plus importants que d’autres puisqu’ils seront accompagnés d’ovations d’intensités variables. Et quand ce frappeur court sur les sentiers, où s’en va-t-il? Et s’il vole un but, qu’en fait-il et surtout quel intérêt a-t-il à agir de la sorte? Bravo quand on le retire en tentative de vol!


Trois frappeurs sont retirés : que comprendre quand on annonce la fin d’une manche? Que conclure également que deux coureurs soient laissés sur les sentiers? Pourquoi les y laisser et pour combien de temps? Et que tout ce scénario se répète pendant neuf manches? Qu’à la fin on crédite un lanceur de points mérités et d’autres non mérités?


J’exagère un peu, beaucoup me direz-vous, mais même si tout va de soi pour la plupart des personnes, tout n’est pas toujours évident pour tous. Aussi ne nous reste-t-il qu’à bien le voir!


Serge Picard



Espace publicitaire