Menu principal

L’émigration aux États-Unis (suite) Novembre 2020
par Journal L'Attisée le 2020-11-12


Figure 7 - Jeunes travailleurs du Petit Canada de Manchester (NH) en 19092


Bien que la plupart des Franco-américains vivaient dans des ghettos, il n’est pas juste d’affirmer qu’ils n’étaient pas intéressés à la vie économique, culturelle et politique des États-Unis. En 1889, il y avait 103 Canadiens français qui occupaient des fonctions publiques en Nouvelle-Angleterre : maîtres de poste, collecteurs de taxes et officiers de l’ordre public. Plusieurs étaient membres des organisations fraternelles américaines, jouaient au football et au baseball et fréquentaient des écoles secondaires. Environ 4 000 Franco-américains ont servi pendant la guerre de Sécession et des dizaines de milliers ont fait de même durant les deux dernières guerres mondiales. Plus de Franco-américains ont servi pendant les deux derniers conflits que de Canadiens français. Pendant qu’ils luttaient pour préserver leur culture et leurs institutions, ils se sont montrés tout autant patriotiques et dévoués que leurs concitoyens américains de souche.1


L’après crise économique à aujourd’hui (1931-2019)
Le déclin des Petits Canada s’est accentué avec la crise économique de 1929 et le déplacement des usines de textiles vers le sud des États-Unis. Ces évènements ont mis fin à l’émigration massive du Québec ; ils ont marqué le départ des Franco-américains de leurs ghettos et le début de leur ascension sociale. Les Franco-américains des Petits Canada ont été remplacés par des Grecs, des Italiens et des Polonais. L’assimilation des Franco-américains s’en est suivie, mais existe toujours des poches de résistants où la Survivance tente de subsister. Il n’est pas rare d’entendre parler français dans des villes comme Manchester (NH), Woonsocket (RI) et bien sûr en Louisiane. Au cours des dernières années, il y a eu un engouement pour retrouver ses racines et parler la langue de ses ancêtres. Le français est actuellement la troisième langue la plus enseignée aux États-Unis après l’anglais et l’espagnol3.

Des mesures ont été mises en place après la crise de 1929 pour limiter l’immigration au strict nécessaire ; mentionnons entre autres la fameuse « carte verte ». Les conditions économiques se sont améliorées au Québec et au Canada si bien que l’émigration a perdu beaucoup d’attrait. Quelques Canadiens ont tout de même continué à émigrer après la crise de 1929, mais à un rythme beaucoup plus faible. L’accord de libre-échange de 1994 a suscité une recrudescence de l’émigration vers les États-Unis. Ce n’est désormais plus une question de gens traversant la frontière pour survivre, mais d’étudiants, de professionnels et de retraités. En 2016, il y avait 783 000 Canadiens vivant aux États-Unis ; ils étaient répartis un peu partout, mais principalement dans les états d’Arizona, de Californie, de Floride, du Massachusetts, du Nevada, de New York, du Texas et de Washington4.

Plus de 13,6 millions d’Américains ont déclaré avoir des ancêtres français selon le recensement de 1980. Parmi ceux-ci, on retrouve des Français, des Belges, des Suisses, des Cajuns, des Huguenots et bien entendu des Canadiens français et des Acadiens ayant émigré au cours des 19e et 20e siècles. Sans cette importante émigration, on estime que le Canada compterait de 4 à 5 millions de francophones de plus5.

Figure 8- Ascendance française de la population des États-Unis6


1 Damien-Claude Bélanger, op. cit..
2 Lewis Wickes Hine, Bibliothèque du Congrès, 1909.
3 Damien-Claude Bélanger, op. cit..
4 Elijah Alperin et Jeanne Batalova, Canadian Immigrants in the United States, 7 juin 2018, informations tirées du site Internet : www.migrationpolicy.org/article/canadian-immigrants-united-states le 1 novembre 2019.
5 Informations tirées du site Internet : www.famillerochonfamily.ca/histoire-de-la-famille-rochon-family-story/ le 1 novembre 2019.
6 Informations tirées du site Internet : www.quora.com/Where-in-the-Midwest-do-most-French-Americans-and-French-Canadian-Americans-live le 1 novembre 2019.
7 Informations tirées du site Internet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Franco-Am%C3%A9ricains le 1 novembre 2019. Le pourcentage est celui de la population d’ascendance franco-américaine par rapport à celle de l’état.



Mots-Clefs

Sulvain  Lord  émigration  États-Unis  novembre  2020  
Espace publicitaire