Menu principal

Mille feuilles - Début d’année
par Journal L'Attisée le 2020-12-30

Mes premières propositions de cette année ne sont pas reliées par un fil conducteur comme j’essaie en général de le faire. Elles ont en commun le fait de m’avoir plu!


Le mort qu’il faut (2001) Jorge Semprun. La vie dans le camp de Buchenwald où l’auteur a été prisonnier de 1941 jusqu’en avril 1945. Outre la promenade, il n’y avait qu’un autre moyen de tromper l’angoisse gluante de la promiscuité perpétuelle : c’était la récitation poétique, à voix basse ou à haute voix. Le compagnonnage, les amitiés, les rivalités, les codes et la routine, l’espoir et l’omniprésence de la mort.


Hubert Reeves, Où croît le péril... croît aussi ce qui sauve (2013). L’astrophysicien nous offre une réflexion sur notre Terre et nous ses habitants. Comment l’être humain, une espèce récemment apparue sur notre planète, en est-il venu à prendre une importance aussi grande et à jouer un rôle si démesuré par rapport aux autres espèces animales qui peuplent la Terre depuis des milliards d’années? Bibliothèque Charles-E.-Harpe, collection locale


Tsun-Dico (200 mots que le français devrait emprunter aux autres langues) (2016) rassemblés par Sabine Duhamel, illustrations de Gustave Auguste. Une amusante incursion dans plusieurs langues qui nous présente des mots n’ayant pas d’équivalent en français. Ainsi kekau, en indonésien, signifie se réveiller d’un cauchemar et reprendre conscience de la réalité. Quant à tinga, d’un dialecte polynésien, il s’agit d’un petit morceau de nourriture coincé entre deux dents. Un bon divertissement pour les amoureux des mots. Bibliothèque Charles-E.-Harpe, collection Réseau


Le Sillon (2018) de Valérie Manteau. Une écrivaine fascinée par Hrant Dink, journaliste assassiné à Istanbul en 2007, désire créer une oeuvre qui lui rendra hommage. Il était le porte-étendard de la cause arménienne, Le Sillon est le journal qu’il a fondé. Ce roman basé sur un fait réel illustre la complexité de la Turquie, sa société, sa géopolitique. Il y a bien des gens qui connaissent la loi turque, mais qui n’ont pas encore compris que le droit ici et maintenant ne vaut plus rien (...). Bibliothèque Charles-E.-Harpe, collection Réseau.


Bonne année et bonnes lectures!



Espace publicitaire