Menu principal

Je Sème à Tous Mots
par Journal L'Attisée le 2021-01-02

7. De la tête aux pieds 1


Attitudes, sensations, sentiments, états d’esprit, humeur, dispositions ou indispositions sont autant de prétextes pour les langues à composer des expressions, métaphores, locutions et images de tout acabit générées par les parties du corps. Toutes ou presque sont sollicitées, à des degrés divers cependant, certaines plus populaires que d’autres. Ainsi en est-il de la tête et, même si on ne les possède pas toutes, de ses différentes parties.


Du rêveur, du distrait ou de celui qui fréquente momentanément la lune on dira qu’il a la tête ailleurs, qu’il a la tête dans les étoiles ou, plus près de nous, dans les nuages. Bien que tête-en-l’air, il n’y a toutefois pas lieu de s’en moquer et de se payer sa tête, l’importuner, le fatiguer, en un mot, lui casser la tête. Avec leur sale tête, certains antipathiques abonnés aux préjugés en feront leur souffre-douleur, leur tête de Turc. D’autres cependant, calmes, à la tête froide, n’ayant aucune idée derrière la tête jugeront que le rêveur est peut-être dépassé par quelque évènement, qu’il ne sait plus où donner de la tête, que des préoccupations lui posent de vrais casse-têtes, ultimement, qu’il en a par-dessus la tête.


Que dire de plus de tous ces caractères qui sont parfois des drôles de têtes :

 -le colérique à qui on attribuera le fait d’avoir la tête près du bonnet, qui pour un rien perd la tête, ne sait pas toujours ce qu’il fait, crie à tue-tête et n’a alors pas toujours la tête sur les épaules ;


- le boudeur qui, à l’image de son semblable le renfrogné, se complait à faire la tête, ne sait écouter les conseils ou agit selon ses fantaisies et n’en fait qu’à sa tête ;


- le penseur qui réfléchit intensément, se creuse la tête au point d’avoir parfois la tête lourde ; c’est aussi celui qui sait se sortir d’une situation difficile, relever la tête ; esprit éclairé, on le qualifiera de ce fait de tête bien faite ;


- le déterminé qui s’affirme avec conviction, prêt à donner sa tête à couper quitte à effrayer son entourage au point de leur faire dresser les cheveux sur la tête ; ce sera aussi celui qui aura réfléchi et analysé un projet et s’y lancera tête baissée, avec audace, sans hésitation, bille en tête ;


- l’impulsif, en proie avec des idées subites et irraisonnées, agira souvent sur un coup de tête, sans réfléchir, fonçant tête baissée et prenant des décisions inconsidérées qui risquent parfois de lui retomber sur la tête à plus ou moins brève échéance ou de lui faire perdre la tête ;


- le soumis qui courbe la tête ou s’incline en signe d’humilité ;


- à l’opposé du précédent, l’indocile résiste, au point de devenir parfois exaspérant, une réelle tête à claque ;


- l’irréfléchi : déprécié, qualifié hélas de tête de linotte, on dira de lui qu’il n’a pas de tête s’il oublie tout ou qu’il faut lui mettre quelque chose dans la tête s’il est constamment nécessaire de la lui rappeler ;


- le téméraire, imprudent, casse-cou ou personne exaltée qui se lance dans des aventures, trop souvent sans en mesurer les risques ; portée aux excès, cette personne aura tôt fait d’être qualifiée de tête brûlée ;


- le tourmenté qui s’inquiète, s’impatiente, se mange le derrière de la tête et dont, s’il devient désespéré, on affirmera qu’il se tape la tête contre les murs ; ayant alors la tête creuse, il ne parvient parfois plus à réfléchir ;


- diriger une entreprise ou un groupe, prendre la tête d’une cause, initier une action seront l’apanage du meneur ; possédant généralement la tête de l’emploi, il pourra à l’occasion faire tourner les têtes tout en gardant ses objectifs en tête ;


- pour sa part, le résistant s’oppose avec fermeté, tient tête aux autres ; d’humeur s’y apparentant, on qualifiera l’obstiné ou le mauvais caractère de tête de mule, de tête de pioche, voire même, le ciel nous en garde, de tête de cochon…


- nécessité ou intérêt obligeant, les tête-à-tête seront souvent privilégiés par des partenaires, associés ou collègues ; les amoureux sauront en consommer avec fidélité et/ou assiduité ;


Force est de constater que la tête occupe une place de choix dans les expressions qu’une langue forge et qui produisent les images qu’elle envoie. Un second volet du présent thème pourra exploiter ces attributs ou appendices, accessoires ou instruments, garnitures ou ornements qui ont atterri ou se sont positionnés sur toute tête digne de ce nom.


À l’instar de Michel de Montaigne, philosophe du XVIe siècle, mentionnons toutefois qu’une tête bien faite importe davantage qu’une tête bien pleine. Il n’est pas nécessaire d’être une tête couronnée pour agir décemment. L’important n’est-il pas d’avoir toute sa tête?


Serge Picard



Espace publicitaire