Menu principal

Mille feuilles - Mères, toujours
par Journal L'Attisée le 2021-05-02

Puisque la mère est un sujet omniprésent en littérature, chaque année au mois de mai j’arrive à vous proposer des lectures sur ce thème. La tradition se poursuit.

Dans Kukum* (2019), Michel Jean nous raconte l’épopée de son arrière-grand-mère qui à 15 ans a suivi un jeune Innu par soif d’aventure. Bien intégrée dans la communauté, elle a appris la langue (l’innu-aimun), a parcouru les territoires de chasse et de pêche, a fondé une grande famille. Son cheminement fut semé d’embûches mais sa ténacité ainsi que la solidarité et la bienveillance qui l’entouraient lui permirent de les surmonter. Son amour de la nature était infini J’ai toujours aimé ce moment où la lumière et l’obscurité se tutoient, où le temps hésite. Une belle incursion dans cette réalité qui malheureusement nous est peu familière.

Né en Haïti et vivant à Montréal, Rodney Saint-Éloi nous convie à un touchant récit au sujet de sa mère qui vient de mourir. Quand il fait triste Bertha chante *(2020) est l’hommage émouvant d’un fils, récit empreint de poésie, d’amour filial. Le texte nous fait voyager autant dans les lieux que dans les époques, sans tenir compte de la chronologie. Souvent l’auteur s’adresse directement à sa mère en utilisant le « tu ». Tous les récits mènent à toi, douleurs, échouages, utopies. On sent l’immensité de la perte autant que l’héritage immatériel laissé par cette femme au grand coeur.

On remarque dans L’absente de tous bouquets *(2020) de Catherine Mavrikakis une certaine parenté avec le précédent livre. Ici aussi l’autrice raconte sa mère morte récemment. Elle utilise également le « tu » lorsqu’elle lui parle. Mais si Saint-Éloi nous présente une mère qui mordait dans la vie, on pourrait qualifier celle de Mavrikakis de mère amère. Oui, nous avions une mère morte, une maman absente à nous, et je pense à ma mère comme à celle qui n’arrivait pas à être là. Un portrait sans complaisance teinté de sentiments contradictoires. Un voile d’amour-haine plane, livré par une écriture qui porte.

 *bibliothèque Charles-E.-Harpe, collection locale



Mots-Clefs

Rachel  Grou  mille  feuilles  mai  2021  mère  toujours  
Espace publicitaire