Menu principal

Mille feuilles - Des images et des mots
par Journal L'Attisée le 2022-09-07


Une image vaut mille mots ou un mot vaut mille images ? Je refuse de trancher, je vous offre des livres illustrés où, selon moi, images et mots se complètent bellement.

Édouard Manet et Berthe Morisot, un amour impressionniste (2017) scénario de Michaël Le Galli, dessin de Marie Jaffredo. Un roman graphique qui raconte la relation entre les deux artistes, en partie inspiré par la correspondance de Berthe avec sa soeur Edna. Quoi qu’il arrive, jamais je n’oublierai ces jours d’amitié et d’intimité alors que je posais pour lui… Une belle incursion dans les balbutiements de l’impressionnisme. J’ai beaucoup aimé la délicatesse des illustrations, la douceur des couleurs qui confèrent à l’ouvrage une atmosphère en demi-teintes. *

Vers d’autres rives (2019) de Dany Laferrière. J’adore l’audace de Laferrière dans ses livres illustrés. Ici, au fil des pages vivement colorées, l’écriture manuscrite qui va dans tous les sens nous entraîne en divers lieux et époques. Quelle joie d’aller vers d’autres rives, même douloureuses ! Un livre joyeux, un univers à découvrir ! *

Je suis fan finie de la série Paul de Michel Rabagliati. Si c’est aussi votre cas, vous apprécierez le livre que je vous propose aujourd’hui. Il s’agit de Paul, entretiens et commentaires (2022) de Michel Rabagliati et Michel Giguère. On y décrypte son processus créatif : sujets, dessins, dialogues. Tout ce qui me motive depuis ces 23 dernières années, c’est d’avancer, de faire des découvertes et de m’améliorer dans cet art. En complément on trouve des inédits ainsi que des illustrations réalisées par Rabagliati durant sa carrière de graphiste. Un bel ouvrage de référence.

Je vous propose rarement des livres pour enfants, aujourd’hui l’exception qui confirme la règle.

Le vieillard et l’enfant (2020) un conte de Gabrielle Roy adapté par Dominique Fortier illustrations de Rogé. Une touchante version d’un extrait de Rue Deschambault, accompagnée d’un disque de chansons composées spécialement pour cette oeuvre. Lors d’un été très chaud au Manitoba, un vieil homme et une fillette vivent une improbable amitié. Le vieillard et son arbre étaient immobiles comme dans une gravure. Rien ne bougeait, tout était sec et brûlant. Un beau mariage entre le génie littéraire de Gabrielle Roy, l’habile adaptation de Fortier et les sensibles images de Rogé. Sans oublier les très jolies chansons, très pertinentes.

Lorsque je découvre par hasard certains albums, j’aimerais avoir à nouveau 3, 4 ou 5 ans… Je dois me contenter de cultiver mon âme d’enfant pour les bien goûter (j’y arrive, je pense). C’est ce que j’ai fait en feuilletant Une maison pour Pippa la souris (2021), texte de Lucie Papineau, illustrations de Lucie Crovatto. J’ai craqué pour ce fort joli livre venu des éditions La Bagnole. Une histoire toute simple, des illustrations adorables. Une découverte des petits animaux de chez nous, en compagnie de la petite Camille.*

* bibliothèque Charles-E.-Harpe, collection Réseau



Espace publicitaire