Menu principal

Et les oiseaux chantaient… Avec leurs amis
par Journal L'Attisée le 2016-09-29

Les oiseaux sont des créatures utiles, indispensables et fascinantes, les observer et les connaître est une passion. En prendre soin est un gain sans prix pour dame Nature qui se fait attaquer de toutes parts par les besoins essentiels, parfois abusifs, de l’homme.

Retournons aux années 1990 pour revoir l’intérêt que le monde de l’ornithologie a suscité dans notre région au point de former un groupe d’amateurs désireux de créer des conditions favorables à la connaissance et à la protection de ces petits chanteurs de la nature : Le club des amis du merle bleu (1992). Qui de mieux que Richard Caron, excellent peintre animalier à ses heures, comme président et animateur des rencontres.

Connaît-on l’emblème du territoire de la MRC de L’Islet?? Voici. En avril 1999, avec l’entrain habituel de Benoît Lévesque, (grand merci à lui) nos maires étaient rassemblés pour déterminer le choix d’un oiseau comme emblème de la région. Autrefois familier, un de nos plus beaux est choisi : le merle bleu. Ce bel oiseau à la voix mélodieuse ne retrouve plus chez nous son logis favori dans les piquets en bois des bonnes vieilles pagées de clôtures. Son magnifique plumage mérite qu’on se renseigne davantage sur ses petits caprices pour l’attirer dans nos loyers à prix modique.

Le journal L’ATTISÉE s’y était intéressé grandement pour répandre les messages. Notre regrettée Victoire Lévesque y a consacré une vingtaine de belles chroniques. L’Association des médias écrits communautaires du Québec (L’AMEC) lui a alors décerné une plaque honorifique pour le meilleur reportage «?Des cabanes pour le retour du merle bleu?» (L’ATTISÉE, mai 1993). Quelques autres partisans de cette cause se sont faits journalistes pour l’appuyer par leurs intéressants textes.

Pour attiser l’intérêt dans la population des adultes et des écoliers fascinés par ces petits phénomènes ailés, l’initiative tenace de notre concitoyen Denis Gamache, sculpteur d’oiseaux de profession, a fait gonfler la fabrication de nichoirs à plus de 1000 unités faites de ses mains pour en compter 500 de plus grâce à ses collaborateurs intéressés. Que de belles nichées de mésanges, d’hirondelles bicolores et de merles bleus ont surgi?! Les insectes nuisibles ont dû voler les f… serrées?! Un hommage lui a justement été rendu avec la remise d’une médaille d’or par l’Association des amateurs d’hirondelles. Seul survivant de l’ex-groupe, son ardeur ne meurt pas et L’ATTISÉE ne lui fausse pas compagnie pour vous rejoindre. De plus, il se révèle parfait professeur pour qui veut profiter de son savoir. Chaque année le voit parcourir les propriétaires de cabanes et rejoindre d’autres adeptes pour recenser la progéniture de ses protégés à plumes. Il est disponible pour recueillir vos observations et vos interrogations. Au nom de l’évolution, nos coutumes modernes perturbent une partie du règne animal et privent nos oiseaux de leurs règles de vie déjà établies bien avant le 6e jour de la création de l’humain.

Ami intime d’André Dion, un dieu des oiseaux connu par la télévision, on peut dire que les 2 faisaient bien la paire pour réaliser un même rêve  : attirer l’élégante hirondelle et peupler notre environnement de merles bleus et leurs amis insectivores. Un second rêve pour notre monsieur Merle bleu serait de ressasser les cendres du club endormi… pour ouvrir aux jeunes une fenêtre culturelle différente de l’école et des jeux électroniques et contrer l’inactivité des aînés ou varier leurs loisirs par des moyens captivants.

Statistiques merles bleus 2016 : 35 nichées, 81 œufs, 60 oisillons. 1991 à 2016 : 1281 nichées, 4721 œufs, 3210 oisillons.

Rose-Hélène Fortin

Denis Gamache, André Gagnon au lancement de son livre




Espace publicitaire